Saveur(s)

La foire à tout et le mur qui piaille



Hier dans le Vexin, c'était le dimanche des rallyes (dites, connaissez vous le prénom de Sarraute, la mère !) et des foires à tout (le principe est simple, vous mettez des villageois et le contenu de leurs caves et greniers en plein cagnard sur la rue la plus passante du village et vous attendez, épatant !).
Personnellement, je n'étais pas d'humeur à faire du lien commercial, alors j'ai préféré me mettre à plat ventre pour compter les pâquerettes, les pissenlits, et les ficaires. Méditer sous l'ombre d'un beau tilleul, papoter avec un vieux bouleau presque aussi vieux que moi. Gouter une feuille de menthe fraiche. M'ennivrer du parfum des glycines. Et un peu plus tard, me creuser les méninges pour distinguer parmi les les orchis sauvages, le pyramidal, le pourpre et chercher en vain l'orchis Bouc et l'Orchis Frelon. J'ai aussi entendu beaucoup de chants d'oiseaux que je n'ai pas reconnus. Je n'ai pas vu de pie grièche écorneur ni de faucon hobereau mais qu'importe. Le ciel était régulièrement zébré des planeurs qui déchiraient le silence et venaient atterrir au bord de la falaise. C'était magique.

Plus tard mon attention a été attirée par un mur qui piaillait.  Intriguée, je me suis rapprochée et je me suis fait rasemotter par une mésange à la manière des hirondelles. Elle s'est installée dans l'arbuste d'à côté et a commencé à m'expliquer la vie. Comme je manque d'entrainement, elle a du s'y reprendre un paquet de fois, et même mimer en passant de la grille à l'arbuste, de l'arbuste à la gouttière, elle a vraiment mis tous ses talents de pédagogue. Bon mais grâce aux rudiments de therolinguistique de Moukmouk dont je me souvenais, à la fin j'ai compris, elle me demandait de reculer un peu. Elle était d'accord pour que je les prenne en photo tous les deux (les parents quoi) en train de s'occuper de leurs petits mais pas de trop près. Et chut, pas un mot aux  chats pour leur dire où se cachaient les petits. Un mètre cinquante, c'était d'accord mais pas debout. J'ai obtempéré, je me suis assise par terre et j'ai attendu. Quel spectacle !

Pour voir la suite, c'est par ici !



12/05/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour