Saveur(s)

Prendre soin de sa joie

    Ce soir, en rentrant d'une promenade au parc, j'avais envie d'écouter Deleuze parlant de la joie.  Spinoza est un philosophe qui parle de joie et de puissance avec intensité, et Deleuze rend cela très intelligible. J'avais un lien qui ne fonctionne plus mais merci Google, j'ai trouvé quelque chose, c'est en version audio si vous préférez-là. J'ai aussi retrouvé une vidéo "aveugle" de J comme joie dans son abécédaire. C'est merveilleux.

    Rien que de comprendre que l'attente est un des ressorts de la tristesse, et que le pouvoir a besoin de la tristesse, cela donne envie de passer du temps pour trouver pour soi ses lignes de joie. C'est une bonne manière de lutter contre l'aliénation ambiante, prendre soin de soin, et des autres. Rien à acheter, rien à consommer, juste de la vigilance, du discernement, de la lucidité et de la joie.

    Je vous laisse déguster :

    Sachez de quoi vous êtes capables, c'est à dire évitez de vous mettre dans les situations qui seront empoisonnantes pour vous. Et je crois que lorsque Spinoza dit « qu'est-ce que peut un corps ? », lorsqu'il lance cette question, ça veut dire entre autres ça... Ça ne veut pas dire que ça, ça veut dire entre autre ça. Ça veut dire : « Mais regardez votre vie, vous n'arrêtez pas... Vous n'arrêtez pas de vous mettre dans les situations que précisément et personnellement, vous, vous ne pourrez pas supporter ». Et en effet, en ce sens, vous les fabriquez, vos tristesses... Bon, pas toujours, mais vous en rajoutez, par rapport aux tristesses inévitables du monde, vous en rajoutez toujours... C'est ça, l'idée de Spinoza : la tristesse, finalement, bien sûr c'est inévitable... Mais, ce n'est pas de ça que l'humanité meurt. L'humanité meurt de ça que, à partir des tristesses inévitables, elle s'en rajoute. C'est une espèce de fabrication de tristesse, d'usine à tristesse fantastique, quoi.... Et il y a des institutions pour engendrer la tristesse... La télé, tout ça, quoi... bon, il y a des appareils... Et c'est forcé qu'il y ait des appareils à tristesse. Il y a des appareils à tristesse parce que tout pouvoir a besoin de la tristesse. Il n'y a pas de pouvoir joyeux...
    Pour lire la suite



04/07/2008
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour